Les CHERTEMPS

Maréchal-ferrant de pères en fils

Les CHERTEMPS sont déjà présents à Blandy au 17ème siècle.

Sans discontinuer, un descendant de Jean (1635-1682) sera maréchal-ferrant à Blandy jusqu’en 1906 quand, par devant Maître Arthur Jules MERCIER notaire à Blandy, Charles Maurice CHERTEMPS “donne bail à loyer” à Claude CLUZET, qui poursuivra cette activité au 10 bis Grande Rue.

Il n’y eut que deux maréchaux ferrants, Claude CLUZET et Jean Pierre ROUSSEAU, à Blandy entre les CHERTEMPS et Bernard PATEYRON, qui reprit l’activité en 1949 et dont tout le monde se souvient encore à Blandy.

Éléonore CHERTEMPS, nait à Blandy le 1er juin 1816, épouse Laurent Joseph DUPARQUET en 1844, et décède à Blandy à l’âge de 79 ans le 25 juillet 1895 (voir la pierre tombale ci-dessus).
Elle est la fille de Louis Dieudonné CHERTEMPS (1791-1870) maréchal ferrant. Louis Dieudonné est le fils de Nicolas (1751-1814), fils de Merry (1707-1773), fils de Jean (1668-1738). Quatre générations de maréchal ferrant à Blandy !
A noter : Éléonore épouse Laurent Joseph DUPARQUET, la troisième génération de maçons à Blandy. Laurent Joseph (1820-1876), fils d’Étienne Laurent (1785-1863), lui-même fils d’Étienne (1760-1833). Le fils d’Eléonore et de Laurent Joseph, Laurent Emile DUPARQUET (1844-1923) sera lui aussi maçon à Blandy.

Le frère d’Éléonore CHERTEMPS-DUPARQUET, Louis Ferdinand CHERTEMPS, maréchal ferrant lui aussi, décède en 1853 à 34 ans, déjà veuf de Célestine PICHARD.

Les CHERTEMPS, une histoire de maréchal-ferrant en famille

Merry CHERTEMPS (1707- 1773) et ses fils Nicolas (1751-1814) et Maurice (1741-1811), puis les cousins Louis Dieudonné CHERTEMPS (1791-1870) fils de Nicolas ; Charles Merry (1780-1841), seul fils de Maurice sur une fratrie de six enfants, qui en plus de son métier sera administrateur de la Maison de Charité en 1794.

Le frère de Louis Dieudonné, Claude Merry CHERTEMPS (1783-1813) s’exile… et sera maréchal à… Saint-Méry. Nicolas le jeune sera lui épicier. Quant à Jacques CHERTEMPS, il mourra à Burgos pendant la campagne d’Espagne en 1813 à 32 ans.

C’est de Nicolas le jeune (1776-1845), épicier, que descendra Henri Pompé CHERTEMPS (1838-1909) géomètre à Blandy, et Maire de 1888 à 1909 ; il est le fils de Michel Auguste Pompé CHERTEMPS (1807-1879), meunier à Saint-Fargeau.

A la génération suivante, le métier de maréchal sera continué par le fils de Louis Dieudonné, Louis Ferdinand (1819-1833) qui décédera à 34 ans et par son cousin, fils de Maurice, Maurice Nicolas (1816-1884).

C’est donc de la branche de Maurice CHERTEMPS (1741-1811) que le métier de maréchal ferrant sera poursuivi dans le temps à Blandy.

Maurice Jean Baptiste (1811-1892) fils de Charles Merry et Marie Adélaïde LEJEUNE, sera manouvrier-cultivateur, métier de la terre que poursuivra son fils Louis Napoléon CHERTEMPS (1848-1929).

L’autre fils de Charles Merry issu de son second mariage avec sa cousine Hélène Eugénie CHERTEMPS (1794-), Maurice Nicolas CHERTEMPS (1816-1884) engendrera Maurice Charles CHERTEMPS (1847-), patron maréchal qui cède son activité et fond de commerce à Claude CLUZET en 1906.

Tableau DELAHOGUE à Blandy : est-ce un Chertemps ?

Une autre sépulture présente dans le cimetière de Blandy conserve les cendres du fils de Louis Napoléon CHERTEMPS (1848-1929), Louis CHERTEMPS (1879-1942), celles de sa fille et de son gendre [Sépulture de l’Ancien Carré D n° 67].

Sa fille, Louise Alice CHERTEMPS (1877-1959) qui a épousé Maurice Charles MORISSET, épicier à Blandy, face au château.