Accueil » Sépultures TUOT

Sépultures TUOT

  • Jean Charles TUOT père et fils, Pierre Charles TUOT
    Ancien Carré B n° 59
  • Louise Joséphine TUOT-TILLIER
    Ancien Carré A n° 1

Jean Charles TUOT – 1757-1842

Premier de la famille TUOT à s’installer à Blandy, Charles TUOT est le fils d’un agriculteur des Ardennes. D’après des souvenirs familiaux, il serait d’abord rentré dans les ordres ; puis, défroqué lors de la Révolution, il s’engage dans l’armée.

Il participe à plusieurs campagnes napoléoniennes en Europe. Vraisemblablement incorporé à la Garde impériale, régiment alors basé à Melun, il quitte l’armée à un âge assez avancé pour l’armée et apparaît à Blandy en 1808 où il devient boulanger. Cette même année, il épouse une Blandynoise, Marie-Anne GUINOT, de 27 ans sa cadette. Il acquiert des terres et fonde une famille.

Son attachement à l’empereur sera indéfectible et on dit qu’il assista aux « Adieux » en 1814 dans la cour d’honneur du château de Fontainebleau. Apposée au début du XXème siècle, une plaque du Souvenir Napoléonien rappelle d’ailleurs sa carrière militaire.

Charles et Marie-Anne ont deux fils, Jean-Charles et Pierre Charles, qui vont laisser une empreinte certaine dans la vie du village.

Jean Charles TUOT – 1810-1891

Le fils aîné, Jean Charles TUOT est cultivateur, et ses enfants seront cultivateurs sur deux générations. Il épouse Louise SENDRIER et sa belle-famille allie deux lignées de fermiers blandynois, les SENDRIER et les JOZON.

Leurs enfants, Pierre Charles Émile TUOT marié avec Lydie Constance DUFOUR, et Charles TUOT, marié avec Hortense Adrienne BAY puis Rosalie LEPATRE, auront des fils cultivateurs, Georges Alfred TUOT, Charles Jules TUOT, et une fille, Alice Elisabeth, mariée avec un cultivateur, Alexandre LARDENOIS.

Seul Georges Émie TUOT abandonnera son statut de cultivateur pour l’armée où il atteindra le grade de capitaine.

Pierre Charles TUOT – 1812-1894

Le fils cadet du patriarche Charles, Pierre Charles TUOT, lui, va conserver la vocation militaire de son père, ce qui lui vaut de devenir chef de bataillon, promu chevalier de la Légion d’honneur avec pension. Il est maire de Blandy en mars 1877 puis de 1882 à 1888.

En 1883, c’est grâce à lui que la commune peut acheter ‘’les ruines du château’’ à Horace de CHOISEUL pour 5 000 Francs ; une somme que Pierre Charles versera sur ses fonds propres pour dépasser les réticences du Conseil municipal d’alors.

Pierre Charles reste célibataire et n’aura pas de descendance.

Louise Joséphine TILLIER épouse TUOT – 1873-1966

Née en 1873 à Blandy, Louise Joséphine TILLIER est la fille de Jules TILLIER, marchand de vins et d’Eléonore DUPARQUET (sœur de Virginie DUPARQUET , l’épouse d’Henri Joseph MORISSET).

En 1892, elle épouse un officier promis à un brillant avenir, Georges Émile TUOT. Il est le fils du cultivateur Charles TUOT (1837-1901) et d’Hortense Adrienne BAY (1835-1873).

La carrière militaire de Georges va emmener le couple à travers la France, au fort de Romainville, à Mamers, puis dans le Midi. En 1893,1894, ils traversent une terrible épreuve avec la perte successive de jumeaux que Louise vient de mettre au monde.

Georges, nommé capitaine est affecté dans un fortin en montagne le long de la frontière italienne. Lors d’une visite de commandement, il doit rester plusieurs heures sous la neige et contracte une pneumonie dont il ne va pas guérir malgré un traitement au sanatorium de Cannes.

Pendant ses soins, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur ; son brevet et sa médaille lui sont envoyés par courrier en octobre 1907 eu égard à son état de santé. Il s’éteint à Blandy en avril 1910.

Louise va alors rester dans la maison “Taillandier” que ses parents ont acquise en 1880. Elle y reste jusqu’en 1938 et achète alors une maison plus modeste “Les Buissonnets”, rue du Verneau.

Pour les Blandynois, elle devient “Madame la capitaine Tuot” ; pour sa famille, c’est la ‘’tante Georges’’ (avec un s !) entourée en particulier de ses neveux : Henri MORISSET, Albert LUDIOT, et de la sœur de celui-ci Germaine LUDIOT dont elle organise le mariage avec un autre neveu par alliance, Fernand LARDENOIS, descendant Tuot.

Jusqu’à ses derniers jours, elle reste une dame toujours élégante gardant le raffinement de la Belle Époque, recevant chaque jour de nombreux visiteurs, toujours enjouée, curieuse et informée de tout. Pendant près de 50 ans, elle vit accompagnée de la fidèle Suzanne CAMSAT considérée comme un membre de sa famille.

Louise TUOT a pu symboliser une famille dont l’empreinte, ne serait-ce que foncière, a marqué l’histoire de Blandy. Ainsi vers 1890 outre des terres aux alentours, les diverses branches TUOT possédaient la propriété face à l’entrée du château ex Taillandier ou ex Ferme du Bourg, la propriété place du Colombier ex pressoir banal, l’importante propriété de la rue KOURILSKY appartenant maintenant aux TONNARD.

Louise Joséphine TILLIER épouse de Georges TUOT devant les Buissonnets en 1939 (film Duparquet)